LE GRAND TRIANON – LE SALON DE FAMILLE DU ROI LOUIS-PHILIPPE

Cette pièce est formée de l’antichambre des Jeux et de la chambre du Sommeil, transformées sous l’Empire en salons des Officiers et des Princes. Elle sera réunie par Louis-Philippe, qui la destinera aux réunions de la famille royale et de ses invités de marque.
16

Le mobilier, qui associe des sièges d’époque Empire, tendus de soieries, avec d’autres meubles imitant le décor chinois de laque noir et or, comprend :
– des sièges livrés au Garde-meubles Impérial en 1811 par Pierre-Gaston Brion, dorés et recouverts de cannetillé en 1839 pour cette pièce,
– deux canapés capitonnés sur des bois de Jeanselme, livrés par le tapissier Laflèche en 1838,
– quatre tabourets à pieds,
– deux tables en acajou, dites des familles, réalisées par Jacob-Desmalter en 1837 et placées au respectivement au Petit Trianon et dans le salon de l’Empereur sous Louis-Philippe. Chaque tiroir, numéroté, renfermait les travaux d’aiguilles des princesses de la famille royale. Ces tables prendront ici la place de deux tables de style Boulle, aujourd’hui égarées.
– deux guéridons en laque chinoise de la maison Goudel et Cie à Paris, livrés en 1839,
– deux consoles en bois doré, livrées en 1810 par Marcion et destinées au Petit Trianon,
– quatre vases en forme de fuseau de porcelaine, réalisés par Lefebvre et Caron à Paris en 1807 et ornés de scènes des Idylles de Salomon Gessner sur une paire, de tableaux sur l’autre.
– une barre de foyer en bronze doré, livrée par Chaumont en 1838,
– deux candélabres à neuf lumières, en bronze doré et patiné sur socle de marbre vert, livrés par Chaine au palais de Saint-Cloud en 1838,
– un lustre à trente lumières, en bronze doré, livré par Chaumont en 1813 au Palais de Monte-Cavallo (palais du Quirinal à Rome).
– quatre appliques en bronze doré et cristaux, exécutés dans les cristalleries du Mont-Cenis, d’après des dessins de Ladouepe du Fougerais.

Les tableaux accrochés aux murs représentent :
– Vénus et Adonis, ainsi que Vénus, l’Hymen et les Amours, commandés en 1688 à Louis de Boulogne pour l’antichambre des Jeux (situé dans la partie gauche de ce salon)
– Vénus à sa toilette et Mercure, ainsi que la Nature recevant l’hommage des Quatre Eléments, également commandés en 1688 à Bon Boulogne pour l’antichambre des Jeux
– Iris et Morphée, commandé en 1688 à René-Antoine Houasse pour la chambre du Sommeil
– Vénus voulant empêcher Adonis de partir pour la chasse, commandé en 1688 à François Verdier pour le salon des Cascades.

 17 18 19 20 21 22
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s