LA CHAPELLE ROYALE

blog.crdp-versailles.fr
3004234317_1_15_DCpfw5Vx
culturemag.fr
Dans la monarchie française, le roi est l’élu de Dieu et par son sacre il devient son « lieutenant » sur terre. Les peintures et les sculptures de la chapelle de Versailles rappellent cette idée dans un cycle qui part de la nef et aboutit à la tribune où se tenait le roi.

Louis XIV n’a connu cette chapelle que durant cinq ans puisqu’elle n’a été achevée qu’en 1710. Celle qu’il a le plus fréquentée, édifiée en 1682 à l’emplacement du salon d’Hercule, s’était vite avérée trop exiguë. Cependant, les guerres avaient retardé le chantier de la Grande Chapelle, ouvert dès 1689 par Hardouin-Mansart. L’architecte n’en vit d’ailleurs pas la fin puisqu’il mourut en 1708. À cette date, son beau-frère Robert de Cotte lui succéda, mais les lignes générales de l’architecture et du décor avaient été arrêtées dès 1699 : un plan avec nef, bas-côtés et déambulatoire, une élévation avec tribunes, une harmonie de blanc et or contrastant avec la polychromie du pavement de marbres et des peintures de la voûte ; le tout aboutit à une œuvre originale où se mêlent réminiscences de l’architecture gothique et esthétique baroque.Chaque jour, généralement le matin à 10 heures, la Cour assistait à la messe du roi. Celui-ci se tenait à la tribune royale, entouré de sa famille. Les dames de la Cour occupaient les tribunes latérales. Dans la nef se trouvaient les « officiers » et le public. Le roi n’y descendait que pour les grandes fêtes religieuses où il communiait, pour les cérémonies de l’ordre du Saint-Esprit, pour les baptêmes et pour les mariages des Enfants de France qui y furent célébrés de 1710 à 1789. Au-dessus de l’autel, autour de l’orgue de Cliquot tenu par les plus grands maîtres comme François Couperin, la musique de la Chapelle, renommée dans toute l’Europe, chantait quotidiennement des motets tout au long de l’office

Dans la monarchie française, le roi est l’élu de Dieu et par son sacre il devient son « lieutenant » sur terre. Les peintures et les sculptures de la chapelle de Versailles rappellent cette idée dans un cycle qui part de la nef et aboutit à la tribune où se tenait le roi. En effet, au-dessus des piliers de la nef sont représentés les anges porteurs des instruments de la Passion du Christ qui conduit à sa mort, thème illustré par le grand bas-relief du maître-autel ; au-dessus, le retable exprime l’éclat de la résurrection avec le symbole divin du triangle enfermant le nom de Iahvé écrit en hébreu, au milieu de rayons. À la demi-coupole au-dessus de l’orgue, le Christ apparaît dans la gloire de la Résurrection, puis à la voûte Dieu le père et enfin au-dessus de la tribune, on assiste à la descente du Saint-Esprit, la troisième personne de la Sainte Trinité, symbolisé par une colombe, qui doit inspirer les actions du roi.
Source: http://www.chateauversailles.fr/decouvrir-domaine/chateau/le-chateau/la-chapelle-royale
3004234317_2_3_KEYTXqbH 3004234317_2_5_EYbII7sN 3004234317_2_7_kirSnL9d 3004234317_2_22_gTIcyZln

barbaraeichert.com

 3004234317_2_13_WXqCAsMd
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s